Ce dimanche 17 déc. – Grand feu de Noël, contes, chansons, préparation de boulettes de graisses pour les oiseaux

12 12 2017

Autour du feu en 2011

Pour ce dernier RDV du dimanche de l’année aux Jardins de Thélème, nous allons fêter ensemble Noël et le solstice d’Hiver auprès d’un grand feu pour nous réchauffer le corps et le coeur. Cette après-midi est bien sûr ouverte à tous.
Amenez vos enfants, car il y aura également :
– des contes de Noël narrés par Suzanne
– des chansons (je ramènerai ma voix et ma guitare, je vous invite à emmenez également vos paroles de chansons et vos instruments, si vous en avez)
– des châtaignes cuites dans la braise
– un atelier de préparation de boules de graisses pour nourrir les oiseaux en hiver
Voici le déroulement de l’après-midi (comme d’habitude, venez à l’heure que vous voulez) :
– 14h – Diverses activités liées au jardin seront proposées dont l’atelier boules de graisses, du désherbage, du rangement, …
– 16h – Préparation du feu de Noël
– 17h – Contes et chansons autour du feu. Châtaignes et boissons chaudes.
Je vous invite à apporter votre verre et une boisson chaude à partager (tisanes, thés, cafés, vin chaud, …)
Au plaisir de vous (re)voir 🙂
Stéphane Da
Publicités




RDV du dernier dimanche d’octobre – Contes d’Halloween

24 10 2017

Bonjour à toutes et tous,

Tout d’abord, je voudrais remercier tous ceux qui sont venus lors du dernier dimanche de septembre. Cette journée passée ensemble fut pour moi un vrai moment de bonheur et j’ai bien vu que je n’étais pas le seul. (Nous étions treize lors des activités et du pique-nique + dix lors de la visite).
Merci également à tous ceux qui ont participés à la récolte de courges du 15 octobre, ce fut également un bien beau moment !

Comme le mois dernier, vous êtes donc les bienvenus ce dimanche aux Jardins de Thélème entre 10h et 18h, à l’heure que vous voulez.

Au programme, en plus des habituelles activités de jardinage, d’embellissement et de visite du lieu, il y aura un temps culturel puisque Suzanne Schwenck aura le plaisir de nous narrer quelques contes autour du thème d’Halloween/Samonios.
Les enfants seront donc particulièrement les bienvenus !

Difficile de prévoir une météo assez imprévisible même si la température reste douce. On ne sera vraiment fixés que samedi. Bien sûr le hangar pourra nous abriter en cas de pluie.

Voici le « planning » de la journée :
– 10h Activités libres
– 12h Pique-nique partagé (chacun apporte ce qu’il veut)
– 14h Contes autour d’Halloween
– 14h45 Activités libres
– 17h Visite des Jardins de Thélème

Et le plan pour venir : https://goo.gl/maps/BUGXBpzLCJJ2

Au plaisir de vous (re)voir dimanche !

Stéphane Da

 

(Ci-dessous est indiqué ce qu’est un « rendez-vous du dimanche » aux Jardins de Thélème)

 

Les « rendez-vous du dimanche » aux Jardins de Thélème 
 

Pour lancer une nouvelle dynamique, l’association propose un rendez-vous mensuel aux Jardins, chaque dernier dimanche du mois

Le principe est simple. Pendant cette journée, ouverte à tous les curieux, chacun se sent libre de :
– venir et repartir à l’heure qu’il veut.
– participer aux activités proposées ce jour-là (coup de pouce à notre maraîchère, activité pédagogique ou culturelle, jeux, entretien et embellissement du lieu, bricolage, etc …) … ou ne pas y participer
– venir que pour la visite des Jardins de Thélème
– organiser, animer une activité s’il ou elle se sent motivé(e) (pensez à me prévenir à l’avance)
– participer au pique-nique partagé (ou pas)

Une partie du programme de la journée vous sera communiqué quelques jours avant le rendez-vous du dimanche lors du courriel de rappel. Mais des surprises peuvent encore arriver …
Hannane, notre maraîchère, ne pourra pas être présente à tous les rendez-vous, mais dans ce cas là au moins un membre du CA de l’asso sera présent.





Semaine #37 : nouvelles des jardins et coup de main le 8 octobre

13 09 2016
Le billet de Stéphane, notre jardinier-maraîcher :
Bonjour à tous,
Après une grande interruption du signal me revoilà pour vous donner des nouvelles de la ferme.

Comme vous avez pu le constater, finalement, les tomates ont survécu au mildiou après une bagarre de haute lutte. J’espère qu’elles sont à votre goût.
Les concombres ont bien donné également ainsi que les aubergines. Malheureusement le pic de récolte est passé et nous sommes maintenant en train de voir les volumes récoltés baisser mais il y en aura encore quelques semaines, je vous rassure.

J’ai pu vous faire profiter des melons mais pas assez à mon goût. J’ai eu pas mal de pertes entre la récolte et la distribution à cause de la chaleur dans le cabanon dans lequel je stocke les légumes. Ce n’est vraiment pas l’idéal. Enfin, cela m’a permis de ramener des melons passablement pourris chez moi et d’encaisser les remontrances de mon fils en rapport avec la qualité de mes produits.
Les carottes poussent bien ainsi que les betteraves et les radis. Les choux sont également en bonne voie même si la piéride du chou (un papillon blanc et sa chenille) fait pas mal de dégâts malgré les voiles de protection.

Les courges sont superbes et à ce propos je vous invite à venir me donner un coup de main pour les récolter. Ce sera une vraie chasse au trésor d’aller les débusquer. Nous ferons ça sous forme de pique nique le 8 octobre prolongé dans d’après midi par la recherche des courges.
Au plaisir de vous voir à l’occasion.
Merci de nous signaler votre venue à l’avance afin d’être sûr d’avoir suffisamment de monde pour l’évènement.

A très bientôt.
Stéphane Disdet




La vie aux Jardins : semaine #19

11 05 2016

Le billet de Stéphane, notre jardinier-maraîcher :

 » Bonjour à tous,
Quelques nouvelles des jardins après une interruption de la communication, j’en suis désolé.
J’espère tout d’abord que ce premier panier de vendredi dernier aura été à votre goût !
Les pommes de terres primeurs sont en cours de floraison et nous pouvons nous attendre à avoir les premières pommes de terre vers mi-juin.
Les courgettes sous serres sont bien parties et je pense aussi que nous en auront dans la première moitié de juin. Les choux pointus pointent leur nez et ne devraient pas non plus trop tarder suivis des choux raves.
Cette semaine, je vais planter les concombres, les courgettes en extérieur qui prendront le relais de celles sous tunnel et bien entendu, les tomates ! 200 plants de tomates en cours de plantation avec 8 variétés différentes: Cœur de bœuf, Marmande, noir de Crimée, Andine cornue, rose de Berne, Green zebra…
J’ai également mis en place un système d’arrosage par aspersion sur une partie du jardin en complément du système actuel de goutte à goute.
Un message va suivre pour proposer aux amateurs des plants de concombres (une vingtaine) et des plants de tomates (environ 200) pour la distribution du 20 mai.
A bientôt « 




Manger le topinambour cru, c’est possible (et ce serait bon pour la couche d’ozone)

19 11 2011

Pour mieux comprendre le titre ci-dessus, je vous recommande vivement la lecture de ce sympathique article au nom évocateur, où l’on apprend notamment que manger le topinambour cru « ne génèrera aucun vent », et où sont dévoilés « des moyens plus ou moins efficaces pour neutraliser la production de pets » si l’on veut le cuire :

Récolte de topinambours

Les légumes racine, des durs au coeur tendre

Croquants et frais, ils se mangent tels quels ou en salade. Lorsque c’est possible, on les choisi bio, on s’évite ainsi la corvée de l’épluchage. Les topinambours sont très riches en inuline, ce qui leur confère des propriétés prébiotique, c’est-à-dire qu’il veillent à une bonne santé intestinale en stimulant la croissance des bactéries amicales.

Salade de topinambour râpé

Quelques idées pour apprêter le topinambour cru :

Et en recette bonus, puisqu’il y avait ces deux légumes dans la distribution d’aujourd’hui :

Galette topinambour - potimarron

Bon appétit !

Stéphane

Fleurs de topinambours




Venez fêter Halloween/Samonios aux jardins ce lundi

29 10 2011

Bonjour,

Steeve, Andréas et moi-même invitons tous les enfants qui le désirent (mais aussi les adultes) à …

       venir fêter Halloween ce lundi 31 octobre aux Jardins de Thélème !

Ce sera l’occasion de renouer avec l’ancienne fête gauloise de Samanios, plus tard remplacée par la Toussaint, à laquelle est venue s’adosser ensuite Halloween.
(Pour plus d’info voir les liens plus bas)

L’idée est de passer un moment ludique au sein duquel le respect de la nature, la créativité et le plaisir enfantin de faire peur (à la peur) viendront naturellement s’insérer.

Voici la trame du programme :
15h30   – Le feu de joie est allumé
– Confection de petites lanternes portatives, sculptées dans des légumes (navets, betteraves, 1 courge) récoltés dans le jardin par les enfants et leur parents
16h30   – Goûter (chacun l’aura apporté)
17h00   – Tout le monde a enfilé son déguisement effrayant (mais pas forcément)
– Cérémonie de remerciement à la nature autour du feu sacré ! On explique aussi aux enfants que les « fantômes » et autres « esprits » ne sont pas « méchants » d’habitude. On se déguise en êtres monstrueux pour faire peur aux « esprits » coquins ou malintentionnés, pour faire peur à la peur et à la « malchance ».
17h30   – Tombée de la nuit – départ à pied du cortège pour Périgny (pour éviter de marcher, les plus petits pourront être amenés directement sur la place de l’église par leur parents par tout autre moyen de locomotion)
– Les enfants font du porte à porte et font des tours (de « magie ») en échange de bonbons :
« Des bon-bons contre des bon-heurs, sinon … ! »

Bien sûr, des enfants peuvent venir participer en cour de programme s’ils ne peuvent être présents dès le début à 15h30  …

Si vous venez, n’oubliez pas d’apporter des déguisements, des couteaux, des (petites) bougies … et toute autre chose utile pour cette fête un peu improvisée.
Et si vous avez d’autres idées, elles sont les bienvenues. N’hésitez donc pas à me joindre …

Bien à vous,

Stéphane



La fête de Samonios

A l’origine les 7 jours de fête de Samonios représentent chez les celtes une période particulière dans l’année, où une passage s’ouvre entre les 3 mondes : le monde visible, le monde des forces invisibles de la nature, et le monde divin.

Ci-après, quelques textes trouvés sur internet.

Halloween est une fête folklorique et païenne traditionnelle ayant une lointaine origine celtique. Pendant la protohistoire celtique, existait une fête religieuse – Samain en Irlande, Samonios en Gaule –, qui se déroulait sous l’autorité des druides, pendant sept jours (le jour de Samain lui-même et trois jours avant et trois jours après). « C’est une fête de fermeture de l’année écoulée et d’ouverture de l’année à venir. Le temps de Samain est celui du Sidh (l’autre monde) brièvement confondu avec celui de l’humanité». C’est la période de possibles rencontres mythiques entre certains hommes et les dieux des Tuatha Dé Danann. Les fêtes druidiques ont disparu d’Irlande au Ve siècle, avec l’arrivée d’une nouvelle religion, le christianisme. La fête chrétienne de la Toussaint, à laquelle est adossée Halloween, n’a été instituée qu’au IXe siècle par le pape Grégoire IV. L’abondante littérature irlandaise médiévale, élaborée par les clercs entre le VIIIe et le XIIe, ne mentionne que la fête sacrée de Samain.

La fête elle-même dure en fait une semaine pleine, trois jours avant, et trois jours après. Pour les Celtes, cette période est entre parenthèses dans l’année : elle n’appartient ni à celle qui s’achève ni à celle qui va commencer ; c’est une durée autonome, hors du temps, « un intervalle de non-temps ». C’est le passage de la saison claire à la saison sombre, qui marque une rupture dans la vie quotidienne.

Samain ou l’origine d’Halloween

Le Samain était une fête celtique encore appelée Saman et Samhain, ou Samonios chez les gaulois. Elle marque le début et la fin de l’ année celtique, et annonce le début du Temps Noir. En effet Samain n’appartient ni à l’année qui se termine ni à celle qui commence : c’est un jour en dehors du temps qui permet aux vivants de rencontrer les défunts. Et elle permet aussi aux défunts, non réincarnés, de passer dans le monde des vivants « Gwen » <gwenquevilly@free.fr>pour y retrouver les lieux et les personnes qui leur étaient chers. On situe ce jour au premier Novembre de notre calendrier. Mais comme toutes les principales fêtes celtiques, Samain compte trois jours de solennités : le premier est consacré à la mémoire des héros, le deuxième à celle de tous les défunts, et le troisième est livré aux réjouissances populaire et familiales marquées par des réunions, des banquets, des festins de toutes sortes qui pouvaient se prolonger pendant une semaine.

La veille de la nuit de Samain, avait lieu la cérémonie de la renaissance du feu. Les propriétaires des maisons éteignaient les feux de l’âtre avant de se rassembler à la nuit tombante sur la place où les druides procédaient à l’allumage d’un nouveau feu sacré en frottant quelques bois secs du chêne sacré. Ils allaient ensuite allumer de grands feux de joie sur les collines environnantes pour éloigner les esprits malfaisants. Puis chaque maître de maison repartait avec quelques braises tirées du nouveau feu sacré pour rallumer un nouveau feu dans l’âtre de sa maison qui devait durer jusqu’à la prochaine fête de Samain et protéger ainsi le foyer tout au long de l’année.

Dans la nuit du 31 octobre – les fêtes celtes commencent à la tombée de la nuit -, on croyait que le monde des morts, des fées et des sorcières entrait en contact avec celui des vivants. On croyait ainsi que les âmes des défunts revenaient errer autour des maisons des vivants c’ est pourquoi on laissait la porte entre ouverte et une place à table et on plaçait des lanternes sur les chemins pour les guider.

La tradition de Samain n’a pas complètement disparu ni avec la romanisation de la Gaule, ni avec le développement du catholicisme. Et c’est sans doute par référence à cette fête celte que le pape Grégoire IV décida, en 840, de faire du 1er novembre, le jour de tous les saints. La référence à Samain devenait encore plus claire lorsque, trois siècles plus tard, à la fête des saints et des martyrs, on adjoignit la fête de tous les morts, le 2 novembre.

Avec la fête américaine d’Halloween largement entretenue par les médias et la publicité, est apparu Jack O’ Lantern, un personnage tiré d’un conte irlandais. Ivrogne invétéré et avare, Jack réussit à tromper le diable à deux reprises.

En Écosse, Halloween, connu en gaélique écossais sous le nom de Oidhche Shamhna, consiste principalement des enfants déguisés (souvent en sorcière ou en fantôme) faisant du porte-à-porte et offrant des divertissements variés. Si la performance est appréciée, les enfants sont récompensés avec des bonbons, des fruits ou un peu d’argent. Il n’y a pas de tradition du trick or treat écossaise. Le folklore, incluant Halloween, est centré sur la croyance envers les fées. Les enfants se costument et transportent une Neepy Candle, un visage diabolique gravé dans un rutabaga (neep en anglais) évidé, éclairé de l’intérieur, pour effrayer les mauvaises fées. Un jeu d’enfants populaire durant cette soirée est celui où une pomme soit être attrappée dans un bac d’eau en utilisant seulement sa bouche. Un autre jeu consiste à essayer de manger, en ayant les yeux bandés, un pain enrobé de mélasse pendant au plafond par une ficelle.

En Belgique, Halloween n’a commencé à être fêtée que depuis le début des années 1990. La formule trick or treat est adaptée en « des bonbons ou des coups de bâton », « des bonbons ou un frisson », « des bonbons ou la malédiction » ou plus couramment « des bonbons ou la mort ». Il existe, en milieu rural, des traditions similaires à celles du Jack-O-Lantern. En Flandres, à l’occasion de la Saint-Martin, les enfants creusent en effet des betteraves et y percent des trous pour figurer un visage grimaçant éclairé par une bougie placée à l’intérieur de la betterave. En Wallonie, ces lanternes étaient appelées Grign’ Dints. Ces lanternes étaient réalisées au moment de la récolte qui coïncide avec le début de l’automne et avec les fêtes de la Toussaint. Cette pratique tend a disparaître depuis les années 1980.

En France, principalement en Lorraine, la Rommelbootzennaat (nuit des betteraves grimaçantes en Francique Lorrain) issue d’une ancienne fête d’origine celtique, est une tradition célébrée en Moselle la veille de la Toussaint, essentiellement dans le Pays de Nied et dans le land de Sarre voisin. Cette tradition s’est maintenue en Lorraine germanophone lorsque la langue et les traditions celtiques ont été éclipsées par la culture germanique.
La veille de la Toussaint, les enfants sculptent des têtes grimaçantes dans des betteraves, légumes dont la récolte marque la fin des travaux des champs. Éclairées par la lumière d’une bougie, les têtes sont déposées sur les rebords de fenêtres, des puits, les murs des cimetières ou aux croisements des chemins pour effrayer les passants.
Mais aussi, en Bretagne : L’Ankou et les betteraves en Bretagne (cf. www.lexilogos.com/halloween.htm)

Pour les passionnés, voir le livre « Vivre la tradition celtique au fil des saisons « , par Mara Freeman





Soupe à la courgette – une recette délicieuse

6 09 2011

Je vous conseille cette soupe qu’a préparée ma moitié à deux occasions. Elle est SUCCULENTE !

Tout le monde a adoré, surtout les enfants et même  le chat (!) … qui s’est fait un plaisir de nettoyer la casserole.

Voilà donc une idée de recette pour les grosses courgettes que les « amapiens » retrouvent parfois dans leurs paniers.

Elle vient d’ici : http://www.marmiton.org/recettes/recette_soupe-a-la-courgette-et-au-curry_16223.aspx

Bonne appétit !

Soupe à la courgette et au curry

Préparation : 30 min ; Cuisson : 30 min

Ingrédients (pour 6 personnes ) :  – 1 kg de courgettes – 300 g de pommes de terre – 1 ou 2 oignons – 1 gousse d’ail – curry, sel et poivre – huile – bouillon de volaille ou de légume

Préparation :  Découpez en cubes les courgettes et les pommes de terre épluchées. Coupez les oignons grossièrement.  Préparez du bouillon (frais ou lyophilisé).  Dans une cocotte, faites chauffez 2 cuillères à soupe d’huile. Quand celle ci est bien chaude, versez les oignons et l’ail et saupoudrez de curry (vous pouvez être généreux mais si la présence du curry vous surprend, mettez en peu la 1ère fois).  Remuez constamment, le temps que les oignons s’imprègnent de curry. Versez 1 l d’eau (y compris le bouillon).  Ajoutez les pommes de terre et 5 à 10 mn plus tard, les dés de courgettes.  Laissez cuire 20 min. La soupe ne doit pas bouillir. Salez et poivrez.  Mixez (de préférence le plus possible, cette soupe est meilleure lisse). C’est prêt!

Remarques : Vous pouvez modifiez les quantités de pommes de terre/courgettes selon vos goûts: cuisine diététique ou soupe plus onctueuse et nourrissante. La phase initiale (oignons) est primordiale.