Rencontre « maraîchage sur sol vivant »

8 12 2012

Ce mardi 4 décembre, à Auch, a eu lieu une rencontre sur le thème du « maraîchage sur sol vivant » à laquelle nous avons eu la chance de participer :

« Les techniques culturales simplifiées (TCS), semis direct, permaculture, agriculture naturelle, biologique, biodynamique, se développent à l’échelle globale depuis une ou deux décennies et de manière importante en France actuellement. Il s’en dégage des axes de réflexions et de pratiques basées sur un sol vivant au travers de la réduction (voire la suppression) du travail du sol, des apports organiques et/ou de la restitution d’un maximum de biomasse produite in situ (couverts végétaux, résidus de culture).

Dans le domaine du maraîchage, bien qu’encore peu nombreuses, il existe des initiatives qui sont jusque-là peu coordonnées et éparpillées sur le territoire. L’objet de cet appel est donc l’organisation d’une journée de rencontre avec tous les acteurs intéressés par les techniques de maraîchage permettant :
– la diminution ou la suppression du travail du sol ;
– le développement de l’activité biologique des sols ;
– la diminution ou la suppression des problèmes d’érosion ;
– le développement de l’autofertilité.
[…] »

 » 240 participants venus de tous les coins de France, essentiellement de Midi-Pyrénées et d’Aquitaine ainsi que des Alpes Maritimes, Alsace, Ardèche, Cantal, Ile-de-France, Nièvre, Normandie …

… toutes et tous maraîchers installés ou en installation, étudiants, techniciens et enseignants …

… représentant de nombreuses associations impliquées dans la thématique (ADABIO, AFAF, INRA, ITAN, Terra Vitae, Terre d’Humus, Terre et Humanisme, CFPPA Gers, CFPPA Ariège) … et même des contributeurs de Radio Coteaux en prime !

Une journée de conférences et d’ateliers d’échanges où l’esprit de collaboration et la bonne humeur étaient de mise pour le lancement de la construction d’un réseau national autour de la thématique des sols vivants.

Cette journée a permis de faire l’état des lieux des attentes techniques, autant du point de vue recherche que du point de vue développement. Des supports vont être mis en places pour faciliter la mise en réseau, l’expérimentation et la mutualisation des connaissances. »

Plus de restitution sur le site de Gaia32, l’un des organismes organisateurs.

Publicités

Actions

Information

7 responses

8 12 2012
Olivier2jdt

Les échanges de la rencontre d’Auch ont été pour moi l’occasion de retrouver la trace des travaux de Marc Bonfils:

Cours audio de Marc Bonfils en téléchargement
http://www.permaculture-sans-frontieres.org/cours-audio-marc-bonfils

Retranscription de cassettes audio de la session de cours de Marc Bonfils, du 1er au 4 mai 1986. 10 heures de cours.Y.P. 2012.
http://fr.scribd.com/doc/101345637/20/Pour-les-legumes

Mine:
http://www.ibiblio.org/london/souscayrous/MarcBonfils-AgriculturalResearch/

Bien à vous,
Olivier

30 12 2012
Olivier2jdt

« […] Voici un thème qui touche directement la question de la fertilisation : l’agronomie du XXème siècle a été bâtie sur le mythe de la fertilisation chimique basée essentiellement sur trois éléments : l’azote (N), le phosphore (P) et le potassium (K), le fameux trio NPK qui résonne désormais dans le langage agronomique comme la sainte trinité dans celui de la religion chrétienne.
En effet ces éléments sont très importants pour les plantes : l’azote est un constituant des protéines, de l’ADN…, le phosphore entre dans la composition de l’ATP et de l’ADP et de certaines protéines (les fameuse lécithines), participe à la mise à fruit… et le potassium enfin régule l’absorption de l’eau du sol par les racines, active certaines enzymes…
Non, ce que je mets ici en question, ce n’est pas l’importance de ces éléments, mais la manière de les amener aux végétaux. Travailler avec la vie permet d’entrevoir des pistes pour améliorer le prélèvement de ces éléments par les plantes uniquement grâce à la vie du sol. […] »

La suite ici:
http://jardinonssolvivant.fr/nutrition-vegetaux

8 01 2013
Mil

« L’agriculture sur sol vivant: Une nouvelle manière de produire?
Mis à jour le 18.12.12 à 09h13

Laisser la terre reposer pour qu’elle travaille davantage et s’en remettre à la nature et aux vers de terre, les meilleurs des ouvriers agricoles. L’agriculture «sur sol vivant» convainc les producteurs qui ont sauté le pas. Cette façon de cultiver la terre, sans labour mais avec des cultures qui la nourrissent sans la salir, est l’une de ces pratiques que le gouvernement veut promouvoir avec sa journée «Produire autrement», mardi, pour cesser d’opposer agriculture et écologie.
Les turricules, la marque d’un sol en bonne santé

Vue du fossé, la parcelle de Vincent Baron près de Thouars (Deux-Sèvres) a l’air d’un champ abandonné: pailles grises de luzerne et débris végétaux couvrent la terre entre les semis de blé déjà levés. De près pourtant, le parterre bourgeonne, comme fleuri par une multitude de tortillons de terres. Ces turricules sont précisément la marque d’un sol en bonne santé. «Ce sont les vers de terre qui les fabriquent», indique l’agriculteur en ouvrant le sol d’un bon coup de pioche qui libère plusieurs de ces hôtes roses et luisants, véritables soldats laboureurs. «Ici c’est la nature qui fait le boulot», résume Stéphane Aissaoui, ingénieur agronome et prosélyte du sol vivant qui a convaincu Vincent Baron de changer de pratiques.[…] »

http://www.20minutes.fr/ledirect/1066239/agriculture-sol-vivant-nouvelle-maniere-produire

9 01 2013
Mil

 » L’Institut Technique d’Agriculture Naturelle (ITAN) est une entreprise associative créée en 2005.

Son objet est la recherche, le développement et la formation en agriculture naturelle.

Sa spécificité est d’être au service des agriculteurs et de mettre au point des techniques de production adaptées à de grandes surfaces.

L’agriculture naturelle est l’agriculture biologique développée dans les années 70 par le microbiologiste japonais Masanobu Fukuoka. Cette forme d’agriculture est basée sur les principes suivants :

pas de labour
pas de fertilisant
pas de sarclage
pas de pesticide
pas de taille

Les travaux de Robert Hart et d’Olivier Barbié ont montré que cette agriculture atteignait son point culminant lorsqu’elle intégrait trois composantes :

des cultures variées
des légumineuses associées
un couvert d’arbres »

http://www.itan.fr/

1 02 2013
Olivier2jdt

Clip de rap sur Monsanto de Kolibri

10 02 2013
Olivier2jdt
10 02 2013
Olivier2jdt

« Jean Seignalet, génie ou charlatan ?
Publié le 7 mars 2007 par fabien

Il y a trois ou quatre ans décédait un homme dont les travaux en nutrition sont parmi les plus surprenants et les plus controversés de ces dernières décennies. Un homme qui pensait que s’alimenter n’était pas anodin, et que « l’alimentation d’hier doit prendre une grande place dans la médecine de demain ». […] »

La suite ici:
http://senshumus.wordpress.com/2007/03/07/jean-seignalet-genie-ou-charlatan/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :