La Commission ouvre le débat sur la coexistence entre les OGM et l’agriculture biologique

2 07 2012

Dans un rapport, la Commission européenne juge vitale pour l’agriculture biologique la question de la coexistence avec les OGM et indique qu’elle planche sur le sujet après deux décisions phares de la Cour européenne de justice.

Lire l’article en entier

29/05/2012 – © Actu-Environnement

Publicités

Actions

Information

One response

3 07 2012
Mil

Un risque rarement évoqué: la « pollution génétique par transferts horizontaux »:

« […] Il y a bien sûr les risques inévitables de contaminations par des repousses ou dues à des
erreurs humaines, qui font que nous ne pourrons jamais avoir les garanties d’une parfaite étanchéité
entre les filières, depuis la culture jusqu’à la récolte et le stockage dans les silos (d’autant plus que
le flux de graines, transportées notamment par les oiseaux ou autres animaux est bien évidemment
incontrôlable!!).
A ces problèmes majeurs d’absence d’étanchéité s’ajoutent les risques de dissémination par
«!pollution génétique!», c’est-à-dire le risque que le (ou les) gène(s) étranger(s) introduit(s)
volontairement dans une plante se retrouve(nt) involontairement dans une autre ou dans un autre
organisme. On distingue d’une part la contamination dite “verticale”, c’est-à-dire par pollinisation
et croisements inter-variétaux, et d’autre part la contamination dite “horizontale”, c’est-à-dire le
transfert direct de matériel génétique entre deux organismes, sans croisement, par exemple entre
plantes et micro-organismes du sol, ou encore d’une plante à une autre plante via les virus.
Ces riques de dissémination par transferts horizontaux ne sont quasiment jamais abordés par
les partisans de la transgenèse généralisée qui se contentent généralement, lorsque cet aspect est
soulevé, de le balayer d’un revers de main en prétextant «!que ce type de transfert n’a pas été
démontré et que si toutefois ce phénomène se produisait, ce serait avec une probabilité telle qu’on
peut le négliger!».
On ne peut que s’étonner devant de telles affirmations, en particulier de la part de
scientifiques, alors que ce phénomène de transfert horizontal, amplement démontré entre bactéries
(à la fois in vitro et dans des environnements naturels [références 1 à 5]), a également été mis en
évidence, à travers un certain nombre d’exemples, entre des plantes (ou autres organismes
pluricellulaires) et des bactéries du sol [références 6 à 10], ainsi qu’entre des plantes et des
champignons microscopiques parasites des plantes [références 11 et 12]. […] ».
Par Christian Vélot
Maître de Conférences en Génétique Moléculaire à l’Université Paris-Sud

altercampagne.free.fr/pages/Transferts%20horizontaux.pdf

Interview de Christian Vélot, enseignant-chercheur en génétique et microbiologie affirmant son inquiétude au sujet des OGM:

« Le monde selon Monsanto »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :