Venez fêter Halloween/Samonios aux jardins ce lundi

29 10 2011

Bonjour,

Steeve, Andréas et moi-même invitons tous les enfants qui le désirent (mais aussi les adultes) à …

       venir fêter Halloween ce lundi 31 octobre aux Jardins de Thélème !

Ce sera l’occasion de renouer avec l’ancienne fête gauloise de Samanios, plus tard remplacée par la Toussaint, à laquelle est venue s’adosser ensuite Halloween.
(Pour plus d’info voir les liens plus bas)

L’idée est de passer un moment ludique au sein duquel le respect de la nature, la créativité et le plaisir enfantin de faire peur (à la peur) viendront naturellement s’insérer.

Voici la trame du programme :
15h30   – Le feu de joie est allumé
– Confection de petites lanternes portatives, sculptées dans des légumes (navets, betteraves, 1 courge) récoltés dans le jardin par les enfants et leur parents
16h30   – Goûter (chacun l’aura apporté)
17h00   – Tout le monde a enfilé son déguisement effrayant (mais pas forcément)
– Cérémonie de remerciement à la nature autour du feu sacré ! On explique aussi aux enfants que les « fantômes » et autres « esprits » ne sont pas « méchants » d’habitude. On se déguise en êtres monstrueux pour faire peur aux « esprits » coquins ou malintentionnés, pour faire peur à la peur et à la « malchance ».
17h30   – Tombée de la nuit – départ à pied du cortège pour Périgny (pour éviter de marcher, les plus petits pourront être amenés directement sur la place de l’église par leur parents par tout autre moyen de locomotion)
– Les enfants font du porte à porte et font des tours (de « magie ») en échange de bonbons :
« Des bon-bons contre des bon-heurs, sinon … ! »

Bien sûr, des enfants peuvent venir participer en cour de programme s’ils ne peuvent être présents dès le début à 15h30  …

Si vous venez, n’oubliez pas d’apporter des déguisements, des couteaux, des (petites) bougies … et toute autre chose utile pour cette fête un peu improvisée.
Et si vous avez d’autres idées, elles sont les bienvenues. N’hésitez donc pas à me joindre …

Bien à vous,

Stéphane



La fête de Samonios

A l’origine les 7 jours de fête de Samonios représentent chez les celtes une période particulière dans l’année, où une passage s’ouvre entre les 3 mondes : le monde visible, le monde des forces invisibles de la nature, et le monde divin.

Ci-après, quelques textes trouvés sur internet.

Halloween est une fête folklorique et païenne traditionnelle ayant une lointaine origine celtique. Pendant la protohistoire celtique, existait une fête religieuse – Samain en Irlande, Samonios en Gaule –, qui se déroulait sous l’autorité des druides, pendant sept jours (le jour de Samain lui-même et trois jours avant et trois jours après). « C’est une fête de fermeture de l’année écoulée et d’ouverture de l’année à venir. Le temps de Samain est celui du Sidh (l’autre monde) brièvement confondu avec celui de l’humanité». C’est la période de possibles rencontres mythiques entre certains hommes et les dieux des Tuatha Dé Danann. Les fêtes druidiques ont disparu d’Irlande au Ve siècle, avec l’arrivée d’une nouvelle religion, le christianisme. La fête chrétienne de la Toussaint, à laquelle est adossée Halloween, n’a été instituée qu’au IXe siècle par le pape Grégoire IV. L’abondante littérature irlandaise médiévale, élaborée par les clercs entre le VIIIe et le XIIe, ne mentionne que la fête sacrée de Samain.

La fête elle-même dure en fait une semaine pleine, trois jours avant, et trois jours après. Pour les Celtes, cette période est entre parenthèses dans l’année : elle n’appartient ni à celle qui s’achève ni à celle qui va commencer ; c’est une durée autonome, hors du temps, « un intervalle de non-temps ». C’est le passage de la saison claire à la saison sombre, qui marque une rupture dans la vie quotidienne.

Samain ou l’origine d’Halloween

Le Samain était une fête celtique encore appelée Saman et Samhain, ou Samonios chez les gaulois. Elle marque le début et la fin de l’ année celtique, et annonce le début du Temps Noir. En effet Samain n’appartient ni à l’année qui se termine ni à celle qui commence : c’est un jour en dehors du temps qui permet aux vivants de rencontrer les défunts. Et elle permet aussi aux défunts, non réincarnés, de passer dans le monde des vivants « Gwen » <gwenquevilly@free.fr>pour y retrouver les lieux et les personnes qui leur étaient chers. On situe ce jour au premier Novembre de notre calendrier. Mais comme toutes les principales fêtes celtiques, Samain compte trois jours de solennités : le premier est consacré à la mémoire des héros, le deuxième à celle de tous les défunts, et le troisième est livré aux réjouissances populaire et familiales marquées par des réunions, des banquets, des festins de toutes sortes qui pouvaient se prolonger pendant une semaine.

La veille de la nuit de Samain, avait lieu la cérémonie de la renaissance du feu. Les propriétaires des maisons éteignaient les feux de l’âtre avant de se rassembler à la nuit tombante sur la place où les druides procédaient à l’allumage d’un nouveau feu sacré en frottant quelques bois secs du chêne sacré. Ils allaient ensuite allumer de grands feux de joie sur les collines environnantes pour éloigner les esprits malfaisants. Puis chaque maître de maison repartait avec quelques braises tirées du nouveau feu sacré pour rallumer un nouveau feu dans l’âtre de sa maison qui devait durer jusqu’à la prochaine fête de Samain et protéger ainsi le foyer tout au long de l’année.

Dans la nuit du 31 octobre – les fêtes celtes commencent à la tombée de la nuit -, on croyait que le monde des morts, des fées et des sorcières entrait en contact avec celui des vivants. On croyait ainsi que les âmes des défunts revenaient errer autour des maisons des vivants c’ est pourquoi on laissait la porte entre ouverte et une place à table et on plaçait des lanternes sur les chemins pour les guider.

La tradition de Samain n’a pas complètement disparu ni avec la romanisation de la Gaule, ni avec le développement du catholicisme. Et c’est sans doute par référence à cette fête celte que le pape Grégoire IV décida, en 840, de faire du 1er novembre, le jour de tous les saints. La référence à Samain devenait encore plus claire lorsque, trois siècles plus tard, à la fête des saints et des martyrs, on adjoignit la fête de tous les morts, le 2 novembre.

Avec la fête américaine d’Halloween largement entretenue par les médias et la publicité, est apparu Jack O’ Lantern, un personnage tiré d’un conte irlandais. Ivrogne invétéré et avare, Jack réussit à tromper le diable à deux reprises.

En Écosse, Halloween, connu en gaélique écossais sous le nom de Oidhche Shamhna, consiste principalement des enfants déguisés (souvent en sorcière ou en fantôme) faisant du porte-à-porte et offrant des divertissements variés. Si la performance est appréciée, les enfants sont récompensés avec des bonbons, des fruits ou un peu d’argent. Il n’y a pas de tradition du trick or treat écossaise. Le folklore, incluant Halloween, est centré sur la croyance envers les fées. Les enfants se costument et transportent une Neepy Candle, un visage diabolique gravé dans un rutabaga (neep en anglais) évidé, éclairé de l’intérieur, pour effrayer les mauvaises fées. Un jeu d’enfants populaire durant cette soirée est celui où une pomme soit être attrappée dans un bac d’eau en utilisant seulement sa bouche. Un autre jeu consiste à essayer de manger, en ayant les yeux bandés, un pain enrobé de mélasse pendant au plafond par une ficelle.

En Belgique, Halloween n’a commencé à être fêtée que depuis le début des années 1990. La formule trick or treat est adaptée en « des bonbons ou des coups de bâton », « des bonbons ou un frisson », « des bonbons ou la malédiction » ou plus couramment « des bonbons ou la mort ». Il existe, en milieu rural, des traditions similaires à celles du Jack-O-Lantern. En Flandres, à l’occasion de la Saint-Martin, les enfants creusent en effet des betteraves et y percent des trous pour figurer un visage grimaçant éclairé par une bougie placée à l’intérieur de la betterave. En Wallonie, ces lanternes étaient appelées Grign’ Dints. Ces lanternes étaient réalisées au moment de la récolte qui coïncide avec le début de l’automne et avec les fêtes de la Toussaint. Cette pratique tend a disparaître depuis les années 1980.

En France, principalement en Lorraine, la Rommelbootzennaat (nuit des betteraves grimaçantes en Francique Lorrain) issue d’une ancienne fête d’origine celtique, est une tradition célébrée en Moselle la veille de la Toussaint, essentiellement dans le Pays de Nied et dans le land de Sarre voisin. Cette tradition s’est maintenue en Lorraine germanophone lorsque la langue et les traditions celtiques ont été éclipsées par la culture germanique.
La veille de la Toussaint, les enfants sculptent des têtes grimaçantes dans des betteraves, légumes dont la récolte marque la fin des travaux des champs. Éclairées par la lumière d’une bougie, les têtes sont déposées sur les rebords de fenêtres, des puits, les murs des cimetières ou aux croisements des chemins pour effrayer les passants.
Mais aussi, en Bretagne : L’Ankou et les betteraves en Bretagne (cf. www.lexilogos.com/halloween.htm)

Pour les passionnés, voir le livre « Vivre la tradition celtique au fil des saisons « , par Mara Freeman


Actions

Information

2 responses

30 10 2011
Carole

Merci pour cette animation !
Nous serons là.
Bises.
Carole.

31 10 2011
Legendre Olivier

Est ce que pour la réunion j’apporte des bonbons ou je me déguise en sorcière ?

Arrrrffff je m’y perd dans cette organisation… je ne sais plus si elle à lieu ou pas ou plus tard ou en même temps…

Informez moi avant que je me change en citrouille pour cela vous pouvez me téléphoner et je vous dirais « Allo WEEN ? » puis on brûlera ce qu’il y a à brûler ou alors on bucher(a)…

Cordialement

Jack be Little le petit marrant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :