Les Trois Soeurs !

11 05 2011

Il ne s’agit pas ici de la célèbre pièce de thèatre de Tchekhov, mais de l’Association « Maïs, Courge, haricot » !

 » Les trois sœurs sont les trois principales cultures pratiquées traditionnellement par les Iroquois (ligue des Cinq-Nations), populations amérindiennes d’Amérique du Nord : la courge, le maïs et le haricot grimpant (habituellement le haricot tépari ou le haricot commun). Il s’agit pour eux d’une trinité divine qui a jailli de la tombe de la Terre mère, morte d’avoir enfanté les jumeaux Bien et Mal. On ne trouve pas chez les autres peuples iroquoiens (Hurons, Eries, Pétuns, Wenros, Andastes) de légende similaire. Suivant la technique des plantes compagnes, les trois espèces sont plantées ensemble de la manière suivante : On forme de petits monticules aplatis de 30 cm de haut environ, espacés en tous sens de 50 cm. On sème les graines de maïs en poquets au centre de chaque monticule. Quand le maïs atteint 15 cm de haut, on sème les courges et les haricots tout autour en alternant les deux espèces. Chaque culture profite du voisinage des deux autres : Les tiges de maïs servent de support aux haricots grimpants, ce qui évite de mettre en place des tuteurs. Les haricots, grâce à leurs nodosités racinaires enrichissent le sol en azote, ce qui favorise la croissance des deux autres cultures. Les courges étalent leur large feuillage sur le sol, captant le rayonnement solaire, ce qui a un triple effet : d’une part d’inhiber la croissance des mauvaises herbes ; d’autre part, en formant une sorte de paillis vivant, de créer un microclimat qui retient l’humidité dans le sol ; enfin, leurs épines protègent l’ensemble des herbivores. D’un point de vue diététique, les trois sœurs constituent un régime équilibré, les haricots apportant les deux seuls acides aminés qui ne soient pas présents dans le maïs: la lysine et le tryptophane. »

https://secure.wikimedia.org/wikipedia/fr/wiki/Trois_s%C5%93urs_%28agriculture%29

Sous forme romancée:

« Voici l’histoire de trois sœurs. »

http://farmradio.org/francais/radio-scripts/58-6script_fr.asp

Au point de vue de la pratique proprement dite, nous nous y prenons un peu différemment de ce qui est expliqué ci-dessus; puisque nous semons tout d’abord les courges, puis lorsqu’elles ont levé  [ça y est: les premières « vraies feuilles »(*) apparaissent…], c’est le tour du maïs, et enfin – lorsque celui-ci atteint une douzaine de cms – celui des haricots.

Mais le principe de l’association reste le même…

(*):  Les « Vraies feuilles », sont à différencier des « cotylédons »:

« Les cotylédons (scientifiquement nommés feuilles cotylédonaires) sont les feuilles primordiales constitutives de la graine. »

https://secure.wikimedia.org/wikipedia/fr/wiki/Cotyl%C3%A9don

Publicités

Actions

Information

One response

11 05 2011
Carole

Bonjour, si je comprends bien nous aurons du mais bio cet année ?
Moi j’ai un pied de courge qui a été entièrement mangé par les escargots et les limaces, quel désastre…
Cela m’a fait très plaisir de discuter avec toi, Sandrine lundi soir et de partager notre passion du jardin.
Bon courage à tous.
Carole.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :